Actualités & Événements

Morning : pour un New Deal Bancaire 

Par Laetitia, le

L’industrie bancaire vieillissante perd en puissance depuis les crises répétées des dernières années. La banque historique est une institution à l’image écornée par les scandales à répétition (Kerviel, HSBC, Panama Papers…). Pire encore, elle ne répond plus aux besoins des nouveaux consommateurs qui se méfient de plus en plus de la banque. Dernière annonce en date, les tarifs bancaires s’envolent. Les frais de tenue de compte vont augmenter de 13% en moyenne au 1er janvier. Il est temps à présent qu’un New Deal Bancaire s’installe pour remettre la banque à sa place : au service des personnes et des entreprises.

La vieille dame bancaire

Depuis la fin des années 2000 et les crises qui l’ont accompagnée, l’image des banques dans l’opinion public est à la peine : scandales à répétition, hausse des frais bancaires, offre de services réduite… Force est de constater que les banques dites « traditionnelles » ne sont pas au mieux de leur forme. Leurs cousines en ligne se portent quant à elle beaucoup mieux : frais moins élevés, offre adaptée aux usages numériques… Les banques en ligne répondent davantage aux attentes des nouveaux utilisateurs. Oui mais voilà : toutes ces banques en ligne ne sont en réalité que les ramifications digitales des banques traditionnelles (Société Générale détient Boursorama, BNP Paribas opère HelloBank, le Crédit Agricole tire BforBank…). Au final, le paysage bancaire français reste inchangé : un oligopole gouverné par une poignée d’acteurs séculaires (BPCE, Société Générale, Crédit Mutuel, Crédit Agricole, BNP Paribas).

Un New Deal Bancaire est nécessaire

Comme les télécoms il y a quelques années ou encore la mobilité (BlaBlaCar) et l’hébergement (AirBnB) dernièrement, il apparait aujourd’hui nécessaire de rebattre les cartes du secteur bancaire en y introduisant de nouveaux acteurs indépendants. C’est une mécanique saine pour tout secteur économique structuré que de remettre en question ses pratiques par l’arrivée d’une nouvelle forme de concurrence. L’émergence des FinTechs et des néobanques semblait promettre une mise en concurrence des modèles portés par les uns et les autres mais force est de constater aujourd’hui que cette coopétition tourne à l’avantage des banques historiques. Rachat, inclusion technologique… Ces nouveaux acteurs sont finalement absorbés par les acteurs en place. Alors certes, les FinTechs ont poussé l’industrie bancaire à se questionner et à adapter ses modèles mais tout cela semble bien esthétique. Sur le fond, rien n’a changé.

Seule une nouvelle donne peut amener le secteur bancaire à se réformer en profondeur. Les néobanques indépendantes vont en ce sens. Le succès de Nickel en est l’exemple mais Nickel seul ne pourra pas révolutionner une industrie comme celle-là. D’autres initiatives doivent être portées. Or, pour l’heure la seule initiative qui semble crédible (N26), ne nous vient pas d’un acteur français mais d’une startup allemande. Le « Free de la Banque Française » serait donc un acteur d’outre Rhin ?

Le New Deal Bancaire est-il possible ?

Pourtant il y a des initiatives en France. La NEF ou encore Morning portent ce message. Oui mais voilà, dans le cas de cette dernière, c’est le poids du système qui semble mettre en péril le projet. Par sécurité, son actionnaire principal la pousse à entrer dans le giron d’une grande banque nationale. Compréhensible du point de vue « risk-averse » d’un Corporate Venture (c’est ainsi qu’on nomme les grands groupes prenant part au capital de startups). Seulement, l’attitude de ces Corporates Ventures limite les chances de voir émerger un « Digital Champion » dans cette industrie (comme dans d’autres).

Il y a donc urgence. Pour donner un contre-pouvoir aux utilisateurs de services bancaires et pour accélérer la dynamisation du secteur, il est nécessaire de créer les conditions pour qu’un New Deal Bancaire se mette en place. Les conditions capitalistiques d’abord (l’allemand N26 a jusque-là levé 56 Millions d’Euros) mais aussi les conditions politiques et réglementaires pour permettre à de nouveaux acteurs indépendants de se positionner.

Merci à tous pour vos soutiens. L’innovation c’est nous tous qui la portons…

A propos de l'auteur
Laetitia

Passionnée par les challenges et sensible aux valeurs de Morning, Laëtitia compose la stratégie de communication, développe et fidélise la communauté Morning autour des nouveaux usages du cobanking et rédige les contenus fondateurs de la néobanque du quotidien.

Vous pourriez aussi aimer...